Archives de catégorie : A la une

Pour articles à la une en photos

Samedi 19 septembre à 11h : restitutions sonores dans le jardin Milmarin

Invitation à tous

Notre Association les Bistrots de l’Histoire présentera les 19 et 20 septembre en Partenariat avec le Centre d’interprétation maritime de Milmarin au jardin public à proximité immédiate de Milmarin des tables d’écoute grand public autour de collectages et enregistrements d’un Bistrot de l’Histoire organisé en février 2019 à Quemper-Guezennec en partenariat avec Milmarin autour des thèmes  » Pêcheurs d’Islande  » et  » Marine marchande en Goëlo ».

Nous vous invitons à participer, dans le jardin de Milmarin, samedi 19 septembre 2020 à 11h à un temps convivial de présentation de ces animations et restitutions sonores.

Comptant sur votre présence

L’Association les Bistrots de l’histoire – 18  rue Abbé Vallée – 22000 Saint-Brieuc – bistrots.de.lhistoire@gmail.com

> Infos du jour sur le Facebook des Bistrots de l’Histoire

200916_Article Le Presse d'Armor 1

> Milmarin, centre de découverte maritime

> Programme local des Journées du Patrimoine

Journées du Patrimoine : Cesson, écoutes sonores et balades thématiques à la Plage du Valais

Les Bistrots de l’Histoire seront présents pendant les journées du Patrimoine les 19 et 20 septembre 2020 en partenariat avec l’association briochine  » Sauvons la plage du Valais » pour des écoutes sonores gratuites à Saint-Brieuc sur le thème  » Les métamorphoses impressionnantes de l’anse d’Yffiniac, le fond de la Baie de Saint-Brieuc au XX siècle.

Présentation d’un film par la réalisatrice Valérie Malek les cabanons de la cité Baby, et balade sur le thème de la Baie d’une heure 30 gratuite le dimanche 2O septembre dans l’après-midi.

Les créations sonores présentées et inédites proviennent d’un Bistrot de l’Histoire et de enregistrements numériques réalisés à Cesson- Le Valais à Saint-Brieuc en octobre 2002.

L’Association les Bistrots de l’histoire – 18  rue Abbé Vallée – 22000 Saint-Brieuc – bistrots.de.lhistoire@gmail.com

> Infos du jour sur le Facebook des Bistrots de l’Histoire

2020 : les Bistrots de l’Histoire à Ploubazlanec lors des Journées du Patrimoine

Après Saint-Brieuc l’an passé, pour les journées du patrimoine 2019, les Bistrots de l’Histoire mettent le cap grand largue vers Milmarin à Ploubazlanec.

C’est une bonne idée surgie en période de confinement à la manière d’un conte…

Et si on retournait en mer… Et si on partait pour le grand large sans prendre de ris et si…

« Chiche »  nous a  proposé  l’équipage dynamique Milmarin, associé, enthousiaste.

« Faut que ça swingue » surtout en cette année 2020, bizarre 2020, nous nous sommes dits et l’idée se réalise pour les journées du patrimoine

On vous invite au large, les écoutes sonores favorisent les partances intérieures à imaginer écouter.

Une petite équipe a réécouté les propos du Bistrot de l’Histoire organisé  en février 2019 à Quemper-Guezennec en partenariat Milmarin et les Bistrots de l’Histoire

Nous valoriserons lors des journées du patrimoine samedi et dimanche  de 10h à 18h dans le jardin de Milmarin à Ploubazlanec des sons de marins de femmes de marins  d’Islande à la marine marchande actuelle.

Ces sons-écoutilles seront en écoute individuelle et gratuit à la convenance de chacun dans un comptoir de sons.

Il sera aussi possible pour les marins,  les membres de leurs familles de partager des récits par des enregistrements.

Pierre Fenard

 

Ecoutes sonores issus de Bistrots de l’Histoire dans la Baie de Saint-Brieuc

Des écoutes ont eu aussi lieu aux heures d’ouverture du « Tipi des possibles » à La Gambille à Trégueux du 1 septembre au 15 septembre.

En partenariat avec la Coopérative bio La Gambille , nous avons organisé les  » écoutes sonores » de paroles de témoins spécialistes et artistes concernant la Baie de Saint-Brieuc dans le siècle ses métamorphoses ses menaces de disparition dans les années 30 et 60, devenue Réserve naturelle après 25 ans d’engagements d’individus et d’associations et de collectivités locales.

Ces créations sonores ont été réalisées cette année par Simon Bloch et Pierre Fenard à partir d’enregistrements numériques réalisés dans les Bistrots de l’Histoire (Cesson à Saint-Brieuc , Hillion , Planguenoual, Langueux, Binic, Plérin le légué, Saint-Brieuc le légué , Binic, Pordic)

Journées du patrimoine les 18 et 19 septembre :

Nous serons présents lors des Journées du patrimoine en partenariat avec l’association briochine « sauvons la plage du valais à Cesson Saint-Brieuc  » pour des écoutes sonores à la plage du Valais et une balade thématique des Bistrots de l’Histoire.

Nous serons présents pour des tables d’écoute et enregistrements dont les thèmes sont : « La marine marchande en Goëlo » et « Pêche en Islande » à Ploubazlanec en partenariat avec le Centre d’interprétation maritime de Milmarin.

 

 

8 mai 1945 : FIN DE LA GUERRE EN EUROPE

Jour de la victoire des Alliés et de la Résistance française sur l’Allemagne nazie.

Partout en France, cette commémoration se déroulera aujourd’hui à nos fenêtres et en petits comités sur les monuments aux morts en hommage à nos chers disparus. A Paris, le rituel veut que chaque 8 mai, le président de la République passe en revue les troupes place de l’Étoile, ravive la flamme du tombeau du Soldat inconnu et dépose une gerbe.

Après plus de cinq années d’une guerre en Europe qui a coûté la vie à des dizaines de millions de personnes, les forces alliées pénètrent en Allemagne en février 1945. La guerre prend officiellement fin sur le continent européen le 8 mai 1945 juste après la bataille de Berlin et c’est le 7 mai 1945 à 2h41 du matin, que l’acte de reddition de l’armée allemande est signé par le général Jodl à Reims où se trouvait le quartier général des forces alliées dirigé par le général américain Eisenhower. Dans ses Mémoires publiés en 1949 (Croisade en Europe), Eisenhower a rendu un bel hommage à la Résistance française en estimant qu’elle avait joué un rôle décisif dans la libération de la France, il évaluait son action à celle de 15 divisions.

La reddition a lieu le 9 mai 1945 pour les Soviétiques et les pays est-européens alliés. De ce fait les Soviétiques, puis les Russes et leurs alliés est-européens, commémorent cette capitulation le 9 mai, sous le nom de Jour de la Victoire. Il faudra cependant attendre la capitulation officielle du Japon le 2 septembre 1945, lorsque le ministre des Affaires étrangères Mamoru Shigemitsu signe les articles de la reddition des forces japonaises sur le pont de l’USS Missouri dans la baie de Tokyo, pour que la Seconde Guerre mondiale prenne fin. Pour fêter la fin des hostilités et la victoire des Alliés sur les forces de l’Axe, des défilés sont organisés le 8 mai, y compris en Algérie, alors département français, en mémoire aussi des massacres de Sétif, Guelma et Kherrata, répressions sanglantes des émeutes nationalistes pacifiques survenues en 1945.

N’oublions pas les ultimes bombardements stratégiques américains au Japon, qui ont lieu les 6 août et 9 août 1945 sur les villes d’Hiroshima et de Nagasaki. Dans la mesure où les dirigeants japonais ont rejeté les conditions de l’ultimatum de la conférence de Potsdam, les États-Unis souhaitent imposer au Japon sa reddition sans condition, l’éviction de l’empereur Hirohito et l’adoption d’un régime politique démocratique. Le gouvernement américain souhaite aussi, puisque ces deux armes nouvelles sont désormais opérationnelles, les tester en grandeur nature et montrer aux autres pays, en particulier à l’URSS, la supériorité de feu décisive qu’elles donnent à l’Amérique, ce qui fait de ce bombardement l’acte inaugural de la guerre froide. Ces bombardements, que certains considèrent comme l’un des principaux crimes de guerre des Alliés, demeurent la seule utilisation de l’arme nucléaire durant un conflit. L’impact de ces bombardements fait craindre par la suite l’usage de l’arme atomique dans une guerre nucléaire, à la base de la dissuasion nucléaire qui a largement pesé dans les choix stratégiques de guerre froide.

> La Bretagne, terre de résistance

> Vidéos et documents sur le portail Bretania

> Débarquement à Saint-Michel-en-Grève le 11 août 1944          > Commémoration du 75ème anniversaire en 2019

> Libération de Saint-Brieuc

> www.cheminsdememoire.gouv.fr

> archives.ecpad.fr

Apocalypse – Replay et videos 

Crédit photo : tous droits réservés à Ecpad.fr

Article rédigé par Valérie Le Goux

Temps forts en 2020

Avis de recherche pour notre prochain Bistrot de l’Histoire prévu le 9 juillet, mais que nous devons reporter au mois d’octobre 2020 : toutes photos de familles, amicales évoquant des repas et parties de pêche à Pléneuf-Val-André, Dahouët et Planguenoual seraient les bienvenues, tout comme toutes personnes et restaurateurs qui souhaiteraient témoigner pour le prochain Bistrot de l’Histoire, prévu au mois d’octobre 2020 à Dahouët sur le thème : « Goûts et saveurs maritimes, histoire et savoir-faire ».

> Lire l’article Ouest-France du 13 février 

Pour information, à partir de lundi 16 mars 2020, à Saint-Brieuc, le Musée, les Bibliothèques, l’Ecole des Beaux-Arts, le Conservatoire de la Villa Carmélie, les Archives municipales seront fermés au public pour une durée indéterminée, sur décision de la Ville de Saint-Brieuc.

En avril, des animations et expositions sonores au magasin Bio « La Gambille » à Trégueux autour de collectages sonores sur « La Baie de Saint-Brieuc ».

Annulation des 2 cinéma-débat prévus les 4 et 5 juin au cinéma Les Korrigans à Guingamp et au Club 6 à Saint-Brieuc. Les Bistrots de l’Histoire et l’association guingampaise « La toile d’art est née » fixeront 2 autres dates pour présenter un cinéma-débat qui accueillera Dorothée Kellou, réalisatrice et journaliste algérienne, pour son film documentaire primé en 2019 « A Mansourah, tu nous as séparé ».

Aussi, l’adresse « contact@bistrotsdelhistoire.com » est remplacée par une nouvelle adresse :  bistrots.de.lhistoire@gmail.com

Pierre Fenard

Crédit photo : Le Telegramme – Pléneuf-Val-André-Dahouët. Le Port en fête… 15 août 2009

Hommage à Jean-Yves Veillard

Jean-Yves VEILLARD, ancien conservateur du Musée de Bretagne à Rennes de 1967 à 2000, historien, militant engagé et homme de patrimoine, nous a récemment quittés. Après avoir créé en 1976, le musée de Bretagne, il se consacre à la création de l’écomusée du pays de Rennes, ouvert en 1987. Dès le début des années 1990, il initie le projet d’un nouveau musée de Bretagne qui se concrétise en 2006 par son ouverture au sein du nouvel équipement culturel rennais, Les Champs Libres. Jean-Yves Veillard aura été un fédérateur impulsant la création de l’association « Buhez » (« Vie »), visionnaire dans la structuration d’un réseau, la réciprocité des moyens entre les structures, la solidarité des équipements.

Avec ces initiatives, Buhez préfigure avant l’heure un véritable réseau de musées pour la Bretagne et ses territoires. En 2015, l’association Buhez a fait l’objet d’une fusion avec l’Association des Conservateurs des Musées de la Région Bretagne (ACMRB). La nouvelle association qui en résulte s’appelle « Bretagne-Musées » et s’appuie sur cette histoire patrimoniale bretonne pour réunir actuellement l’ensemble des professionnels de 37 musées.

A sa famille, ses proches et collaborateurs, nous présentons au nom de tous les membres des « Bistrots de l’histoire » nos plus sincères condoléances.

> Hommage de Bretagne-Musées

> Article et vidéo France 3

Lettre du 1er Vice-Président du Conseil régional de Bretagne aux acteurs de la culture

Rennes, le 27 mars 2020

Chers amis,

J’espère que vous allez bien en ces circonstances si particulières et que vous n’êtes pas, vous et vos proches, touchés par la maladie.

La situation que vivent les artistes, les passeurs de culture, les organisateurs d’évènements, les associations m’inquiète douloureusement. Pour aujourd’hui, bien sûr. Pour demain, plus encore.

Alors, en conscience, il faut faire son travail.

Faire son travail, c’est être à son poste, même en télétravail, et parer au plus pressé. Ce que nous essayons de faire, la Direction de la Culture et moi-même.

Plusieurs décisions et mesures ont été prises par la Région Bretagne depuis le début de cette crise.

Vous le savez, toutes les subventions prévues seront versées intégralement, même pour des évènements annulés.

Vous le savez également, des aides exceptionnelles aux entreprises dont les activités sont impactées par la pandémie ont été votées, ainsi qu’un exceptionnel fonds d’aide à la vie associative, d’un montant de 5 millions d’euros.

Dans cette période si troublée, les liens sont quotidiens avec l’État, les départements, les métropoles et les collectivités locales. C’est ensemble que nous agissons et que nous agirons, en bonne complémentarité, chacun à sa place.

L’angoissante question qu’il nous faut résoudre pour l’avenir – au-delà de toutes ces mesures qui pourraient permettre d’éviter le pire – concerne les créateurs, auteurs, plasticiens, artistes et techniciens intermittents.

La première réponse ministérielle – la période de confinement sera neutralisée pour le calcul des indemnités et des heures – devra être revue, pour une raison simple : beaucoup de spectacles ont été interdits avant le confinement ; bien plus encore ne pourront être organisés après le confinement.

J’ai alerté le cabinet de Franck Riester sur cette question cruciale et mesuré sa détermination en la matière. J’espère que les arbitrages gouvernementaux iront dans le bon sens. Le Président du Conseil régional de Bretagne est également intervenu, au plus haut niveau de l’État. Nous restons mobilisés et vigilants.

Par ailleurs, il s’agit de permettre aux indépendants, aux auto-entrepreneurs, aux gérants d’EURL, si nombreux dans l’évènementiel, d’avoir accès aux mesures gouvernementales. Il semble que maintenant, après quelques atermoiements, ce soit le cas.

Au-delà de ces mesures administratives et financières nécessaires, chacun peut et doit contribuer à faire vivre les solidarités. C’est tout un écosystème, un terreau, qu’il faut sauver. C’est pourquoi, j’espère qu’il sera possible aux structures employeuses d’artistes et de créateurs de faire preuve de solidarité en payant les cessions prévues aux compagnies, en honorant les cachets des intermittents et en rémunérant les créateurs, tous domaines artistiques confondus.

 

Chers amis,

Nous sommes toutes et tous dans une sidération mêlée de tristesse devant tant et tant de manifestations annulées, d’expositions fermées, de cinémas désertés, sous les nuages lourds de menaces qui s’amoncellent pour demain. Pour le jour d’après, pour l’été qui arrive…

Au risque d’une naïveté que j’assume pleinement, j’ose espérer que cette crise sanitaire se transformera peu à peu en un formidable foyer d’opportunités.

Le monde qui vient, fort de l’expérience de cette pandémie, se doit de réfléchir sur le sens de nos vies et non se contenter de respecter, en ânonnant, des tableurs excel et des dogmes financiers répétés à l’envi.

Il nous faudra renverser des tables. Les tables de ces fausses certitudes qui régentent nos vies depuis des décennies.

Il nous faudra ralentir le temps et repousser les tyrannies de l’urgence.

Il nous faudra respecter les rythmes d’une nature blessée et meurtrie par nos inconséquences et repenser nos rapports à ces territoires de vie qui nous construisent autant que nous les aménageons.

Il nous faudra rallumer tous les soleils.

Il faudra aussi se rappeler que Liberté, Égalité et Fraternité, ne sont pas des mots vides de tout sens, mais des combats toujours à mener.

C’est un si joli mot, Fraternité… Il a été mis à mal, sous nos yeux, depuis des mois, en Méditerranée. Et il ressurgit, ici et là, d’initiatives citoyennes qui jamais n’abdiquent, ces lucioles qui éclairent nos chemins.

Liberté, Égalité, Fraternité. Abandonnés, trahis, piétinés, ces mots qui gisent sur le sol de nos illusions, nous devons en prendre soin !

Vous, hommes et femmes de culture, artistes, acteurs de la diversité, passionnés et militants, vous serez là, demain, à votre place pour rappeler ces essentiels qui nous font plus grands que nous. Votre place ? Celle du doute, de la question, de l’impertinence, de l’insolence. Celle du rêve. Celle de l’émancipation.

En attendant, avant d’imaginer ce monde d’après, il faut affronter la tempête et parvenir sur la rive, là-bas, au loin.

Soyez assurés que nous donnerons le meilleur de nous-mêmes pour accompagner cette traversée.

La Direction de la Culture est à votre disposition. Je le suis également.

Demain, nous serons vivants et nous serons debout.

Prenez soin de vous !

Jean-Michel Le Boulanger

1er vice-président du Conseil régional de Bretagne,

en charge de la Culture et de la démocratie régionale

Kaléidoscope de sons et Balades sonores, un vrai succès !

Lors des Journées européennes du Patrimoine, les 20, 21,22 septembre, les Bistrots de l’Histoire en étroit partenariat avec le Musée de Saint-Brieuc ont proposé des voyages dans l’histoire locale en inaugurant :

  • « un banc sonore » qui reste en permanence pour votre écoute dans la cour du Musée. Lors d’une pause d’une quinzaine de minutes, vous pouvez écouter témoins et historiens sur : l’histoire sur la manufacture du lin en Bretagne ; Les traversées des pêcheuses de Cesson dans la Baie de Saint-Brieuc ; La pêche dans la Baie et en Islande ; La libération de Saint-Brieuc avec l’arrivée des chars américains le 6 août 1944.
  • Au 1er étage du musée, dans la salle d’expositions temporaires, Simon BLOCH et Pierre FENARD ont élaboré 5 voyages sonores mis en scène sur 5 tables d’écoute dans une belle ambiance lumineuse : Le port du Léguer ; La Baie de Saint-Brieuc ; Postures de femmes ; 68-74 : Le Joint français ; Saint-Brieuc et la Guerre d’Algérie.

Les Bistrots de l’histoire mettent à disposition ces enregistrements sonores pour les mettre en écoute dans les établissements scolaires, médiathèques, associations et institutions sur demande.

Les 3 parcours sonores dans l’histoire ont été testés avec succès :

  1. La Gare et ses environs : départ du Musée, en centre-ville de Saint-Brieuc, cheminement vers la gare, le boulevard Waldeck Rousseau et retour par le Parc des Promenades au Musée.
  2. La Baie de Saint-Brieuc à Cesson : départ de la Plage du Valais à Cesson, quartier de Saint-Brieuc, cheminement par l’entrée de la Tour de Cesson et retour à la plage. Pour cette animation un amphithéâtre a été installé dans un camion nommé « le court-circuit  » qui permettait d’écouter des témoignages sonores dans des conditions attractives et insolites.
  3. Le port du Léger, dans les nouvelles halles

475 entrées ont été comptabilisées pour ces animations, ce qui représente un beau succès !

Nous tenons à remercier nos trois partenaires financiers :  la Ville de Saint-Brieuc, le Conseil Départemental des Côtes d’Armor et la Région Bretagne. Ces réalisations furent générées par une commission de travail pilotée par Florence Ratajacszk, Alain Gendre, Pierre Fenard en partenariat avec le Musée de Saint-Brieuc, dirigé par Elisabeth Renault.

Article rédigé par Valérie Le Goux, chargée du site internet et des relations publiques pour l’association.

20, 21, 22 sept. : Kaléidoscope de sons au Musée et Balades sonores

A la demande  de la Ville de Saint-Brieuc, en étroit partenariat avec le Musée de Saint-Brieuc, dirigé par Elisabeth Renault, nous organisons les 20, 21, 22 septembre 2019 une première étape de restitution de nos travaux « Bistrots de l’Histoire » afin de constituer des parcours fixes d’écoutes sonores.

Cette première  » brique  » expérimentale, nous la tentons, car les 53 Bistrots de l’Histoire organisés à ce jour, fonctionnent depuis le 4 mai 2001 en Bretagne, principalement en Côtes-d’Armor. Ils réunissent en moyenne 200 personnes à chaque fois, selon 3 axes d’intervention majeurs selon des thématiques variées :

  • relations à un territoire
  • en relation à la vie quotidienne
  • aux relations à l’international

Nous disposons à ce jour plus de 2000 interviews en directs  (témoins et historiens), tous enregistrés en numérique, sauf celui de Belle-Isle-en-Terre («  Les Papeteries Vallée ») réalisé en juillet 2002, mais nous  conservons des rushs de  films non montés (FR3) et nous avons connu un problème technique pour la seconde partie du Bistrot de l’histoire sur « le lin » à Bégard.

Nous avons par trois fois restitués à la population des propos de témoins, d’historiens, de spécialistes ou d’artistes invités enregistrés en directs :

  • En décembre 2002, à la Gare de Saint Brieuc, avec pour thème  » Saint-Brieuc dans le siècle »
  • En  octobre 2010, au Port du légué (Plérin et Saint-Brieuc)  pour notre « Festival des Écoutilles »
  • En février 2017, à Ploufragan, à l’Espace Culturel  » Victor Hugo  » pour les 15 ans de l’Association

Tout cela, vous pourrez les écouter : 

Au Musée  de Saint-Brieuc, les 20, 21, 22 septembre, dans la cour du Musée  et une installation-test  sera  proposée par Antoine Charon, scénographe, de la Société « Le Mans  Sound to sight » durant les 3 jours non-stop, un Kaléidoscope de sons sur les thèmes : «  costarmoricains  du lin » ,  et « L’Islande » , « Fils historiques majeurs » ,  et « Postures de femmes au XXème siècle »,   thèmes « coups de cœur » choisis par le Musée.

A l’étage du Musée, vous pourrez écouter une présentation de sons concernant les ports des Côtes d’Armor, l’Estran, la Réserve la baie de Saint-Brieuc, les ressources culinaires, les grands événements du siècle à Saint-Brieuc, l’histoire industrielle et la Libération de Saint-Brieuc du 1 au 6 août 1944, d’actualité en ce 75ème anniversaire de la Libération. Un petit film relatera ce que nous avons appris aux Bistrots de L’Histoire concernant l’Histoire de Saint-Brieuc dans le siècle.

A l’Ecole Carnot, en lien avec le Comité  de quartier de Robien à Saint-Brieuc, une exposition gratuite sera présentée sur le thème : « le quartier de la gare dans le siècle ».

Nous organiserons  3 balades des  Bistrots de l’histoire avec restitutions sonores, une opération nommée :  » La Sarabande des sons des Bistrots de L’Histoire » et « Balades  Sonores  »

Où et Quand ?

Vendredi 20 septembre , de 18h à 19h30 : départ du Musée, en centre-ville de Saint-Brieuc, cheminement vers la gare, le boulevard Waldeck Rousseau et retour par le Parc des Promenades au Musée, inauguration et vin d’honneur de prévu.

Samedi  21 septembre de 16h à 18h30 : départ de la Villa Rohannec’h au Port du légué et retour à la Villa Rohannec’h.

Dimanche 22 septembre de 10H30 à 12h : départ de la Plage du Valais à Cesson, quartier de Saint-Brieuc, cheminement par l’entrée de la Tour de Cesson et retour à la plage. Pour cette animation un amphithéâtre  sera installé dans un camion nommé   » le court-circuit  » et  permettra d’écouter des sons  dans des conditions attractives et insolites, sur des transats !

Pour ces 3  Balades sonores, gratuites, il sera nécessaire de réserver au Musée en téléphonant au  02 96 62 55 20 –  musee@saint-brieuc.fr

Nous tenons à remercier la Ville de Saint-Brieuc, le Conseil Départemental des Côtes d’Armor, la Région Bretagne pour leur participation financière à ces trois journées du patrimoine. Travail issu d’une commission de travail pilotée par Florence Ratajacszk, Alain Gendre, Pierre Fenard en partenariat avec le Musée de Saint-Brieuc, dirigé par Elisabeth Renault.

Pour L’association, Valérie Le Goux  chargée des relations publiques

Balades sonoresKaleidoscope